Enfin, 14 ans après des ourses sont de retour en Béarn!
(Format imprimable)

Catégorie Infos sur l'ours - Sujet: Actualité

Quatorze ans après la décision de l’IPHB de renforcement de 2 ourses, non suivie d’effet, et 14 ans après la mort de la dernière ourse Cannelle, les ourses sont de retour en Béarn.

La restauration de cette espèce « parapluie », symbole de la biodiversité pyrénéenne, en remplacement des deux ourses abattues en 1994 et 2004 n’a mis que trop longtemps puisque qu’avec seulement 2 mâles cette espèce a failli disparaître de cette partie des Pyrénées.

Depuis 2008, de nombreuses concertations, commissions, missions, inspections, ont été menées, sans suites.

Le FIEP- Groupe ours Pyrénées qui agit depuis 40 ans pour conserver l’ours et le berger salue aujourd’hui la décision gouvernementale et son application sur le terrain.

 

 



Depuis des décennies, il y a eu tant d’efforts publics et privés pour réussir à mettre en place une cohabitation entre l’ours et le pastoralisme, deux composantes de l’écosystème pyrénéen.

L’ours fait peu de dommages au bétail en Béarn où les troupeaux laitiers sont gardés.

Sur 80 000 ovins présents dans les estives béarnaises, pas de dommages en 2017 ni en 2016, 20 brebis en 2015, 14 en 2014, 5 en 2013. Alors que les autres causes de mortalité représentent 1600 à 2400 bêtes par an.

 

Les mesures d’accompagnement des bergers, créées avec des crédits ours ont largement contribué au renouveau du métier de berger : transport de matériel par hélicoptère, radiotéléphones, aides au gardiennage et aux patous, marque de fromage avec l’image de l’ours, « bonus » pour la rénovation des cabanes, etc.

Rappelons que, contrairement à ce que l’agitation des derniers mois voudrait laisser croire, tous les bergers ne sont pas contre la présence de l’ours.

La moitié des bergers de la vallée d’Aspe et une partie importante des maires, directement concernés par la présence des ours, n’ont–ils pas signé avec la Région Nouvelle Aquitaine et avec nous, une demande de renforcement de 2 ourses ?

Il est donc normal, comme le souhaitent une très large majorité de français et de pyrénéens, que l’on ramène cette espèce protégée, « prioritaire » vers une dynamique de vie.

 

Maintenant les ourses sont là. Elles doivent être protégées des extrémistes.

L’Etat et la Région  doivent mettre en place  pour  2019 les améliorations demandées par les bergers lors de la concertation.

 

« Pour que l’ours et le berger puissent vivre dans les Pyrénées »



le 04/10/2018 - 15:32:38
Ce texte provient de Fiep-ours.com (http://www.fiep-ours.com)



L'URL de ce texte est: http://www.fiep-ours.com/lecture.php?op=lecture&sid=512