Programme Pastoralisme > Article sur jeune berger en Haut Béarn

Publié le 22/08/2012

"Une nouvelle vague de bergers en Béarn"
Maxime Bajas est berger en vallée d'Aspe, adhérent au programme de valorisation de fromage fermier Pe Descaous et bénéficiaire d'un radiotéléphone du FIEP.
Le lundi 20 août est paru un article dans la République des Pyrénées sur son parcours, sa vie de berger et sa vision du pastoralisme.
http://www.larepubliquedespyrenees.fr/2012/08/20/une-nouvelle-vague-de-bergers-en-bearn,1094694.php 
L'ensemble de l'article n'est pas disponible sur le site du journal. Nous avons mis à votre dispositionl la partie manquante consacrée au fromage Pé Descaous dans "La suite du texte". 

Le fromage fermier frappé de la patte de l’ours

PRODUCTION
Ils sont encore treize en Béarn à produire le fromage fermier Pé Descaous.
« Je n’oublie pas que si nous avons toues ces cabanes modernisées et mises aux normes, c’est aussi grâce à l’ours » affirme Maxime Bajas qui est l’un des treize derniers bergers à fabriquer le fromage frappé de la patte de l’ours. Le programme Pé Descaous (le « va-nu-pieds », surnom de l’ours en béarnais) a été créé en 1994 par le fonds d’intervention éco-pastoral (FIEP) avec l’association des bergers du Haut-Béarn et le soutien du WWF-France. L’objectif est de produire un fromage fermier de façon traditionnelle, en estive, et de le commercialiser en utilisant l’image de l’ours, matérialisée par une empreinte de patte sur la croûte. C’est aussi pour ses promoteurs, une façon de dire qu’ours et bergers peuvent cohabiter. A l’époque, nous étions en plein débat sur la réintroduction d’ours dans les Pyrénées.

Le Pé Descaous a un cahier des charges d’une qualité fromagère très élevée. « Je m’éforce de faire du fromage avec le moins de ferment possible, en travaillant sur l’évolution naturelle du lait »explique Maxime Bajas. « Le ferment permet toutefois d’avoir un fromage d’une qualité régulière et présentable » affirme-t-il.

Un lien entre la manière de faire et l’environnement

Et au-delà de la qualité du fromage, il y a la « philosophie » qui accompagne la démarche : « il y a un lien entre la manière de faire et l’environnement. Dans nos gestes, il faut penser à la transmission, qu’elle reste viable avec une préservation de la terre, de l’eau, de l’environnement. J’ai deux filles, je veux qu’elles vivent dans un environnement sain » argumente le jeune berger. Un souci de plus en plus partagé dans le monde de l’agriculture, et pas seulement en montagne.
L.V./La République des Pyrénées


Photo Marc Zirnheld/La Républiques des Pyréénes

Cet article fait partie du sujet : Pastoralisme et ours

Le texte le plus lu à propos de "Pastoralisme et ours" : L'ours s'éteint dans les Pyrénées aragonaises et navarraises


 Format imprimable Envoyer cette lecture à un(e) ami(e)



[ Retour ]

Mentions légales | Top10 | Plan du site | Copyright © par Fiep-ours.com. Tous droits réservés.
par Soludédia, création de site internet à Pau dans les Pyrénées Atlantiques