Protection de l'Ours et de son habitat > Lettre ouverte de Cap Ours au Président de la République

Publié le 01/08/2013

Suite à la récente battue d'effarouchement et aux déclarations contre l'ours dans le département de l'Ariège, la Coordination Associative pour l'Ours (Cap Ours) dont fait partie le FIEP a adressé un lettre ouverte au Président de la République afin de demander une réaction ferme de l'Etat pour la protection de l'ours.
Voir la lettre ouverte dans "La suite du texte"

CAP – Ours Coordination Associative Pyrénéenne pour l'Ours

Pyrénées, pays des hommes, pays des ours

 

 

                                                                                  Jeudi 1er août 2013

 

 

                                                                                  Monsieur le Président de la République

                                                                                  Palais de l’Élysée

                                                                                  55, rue du faubourg Saint-Honoré

                                                                                  75008 Paris

 

 

 

Lettre ouverte au Président de la République, François Hollande

 

 

Monsieur le Président de la République,

 

L'heure est grave pour la protection de l'ours en France. Malheureusement, cela est logique compte tenu de l'orientation de la politique de l’État depuis plusieurs années.

 

Après un simulacre de battue d'effarouchement orchestré par des élus ariégeois, de véritables battues, médiatiques ou non, sont à craindre sur un secteur comprenant des ourses et des oursons.

 

Les arrêtés d'effarouchement pris par les préfets des Hautes-Pyrénées, en 2012 et 2013, au mépris du protocole « ours à problème », témoignent des atermoiements de l’État. Nous estimons qu’ils sont des encouragements aux comportements délictueux des opposants au renforcement de la population d'ours dans les Pyrénées.

 

Nous dressons le constat que, depuis presque 10 ans, les opposants à l’ours annoncent à l’avance des actes illégaux (battues, manifestations violentes) et les réalisent en toute impunité sans qu’il y ait une réaction de l’État. Nous espérons que les Pyrénées ne deviennent pas un coin de France où la loi de la République ne s'applique plus.

 

Nous demandons une réaction ferme de l’État face à ces actes illégaux et ces incitations à destruction d'une espèce protégée qui sont en totale contradiction avec nos obligations européennes et nos engagements internationaux.

 

Nous devinons que les événements récents contre l’ours ont pour objectif de faire pression sur le nouveau ministre de l’Écologie afin qu'il ne fasse rien en faveur de la restauration de notre population d'ours.

 

Seule une communication de l’État sans équivoque en faveur du maintien et de la restauration d'une population d'ours en bon état de conservation dans les Pyrénées permettra des avancées constructives pour l'avenir de tous.

 

Monsieur le Président, notre coordination associative reste bien évidemment à votre disposition pour des informations objectives sur la réalité de terrain de la présence de l'ours dans les Pyrénées, loin de la désinformation contre-productive orchestrée par certains élus et lobbies locaux. Nous vous joignons à cet effet la présentation « L'ours, contrainte ou atout pour les Pyrénées ? ».

 

Nous restons très attentifs à la suite donnée par l’État Français afin de connaître le signal qui sera envoyé dans les Pyrénées.

 

En espérant qu'il s'agira d'un signal en faveur de la croissance de la population d'ours dans les Pyrénées et non de sa destruction, nous vous prions de croire, Monsieur le Président, en l'assurance de notre haute considération.

 

 

 

Copies au Premier Ministre, au Ministre de l’Écologie, au Ministre de l'Agriculture ainsi qu'au Préfet de l'Ariège.

 

 

Les associations membres de CAP – Ours signataires :


Altaïr Nature, Animal Cross, Association Pyrénéenne des Accompagnateurs
en Montagne du département Pyrénées-Orientales (APAM 66), APATURA,
Association Nature Comminges (ANC), Comité Ecologique Ariégeois (CEA),
Conseil International Associatif pour la Protection des Pyrénées (CIAPP),
FERUS (Groupe Loup France/ARTUS), Fonds d’Intervention Eco-Pastoral –
Groupe Ours Pyrénées (FIEP), France Nature Environnement (FNE), France
Nature Environnement Hautes Pyrénées (FNE 65), France Nature Environnement
Midi-Pyrénées (FNE Midi-Pyrénées), Mille Traces, Nature Midi-Pyrénées, Nature
Midi-Pyrénées comité local Hautes-Pyrénées, Pays de l’Ours-ADET (Association
pour le Développement Durable des Pyrénées), Société d’Etude de Protection et
d’Aménagement de la Nature dans le Sud Ouest - Pyrénées-Atlantiques (SEPANSO
64), Société Française pour l’Etude et la Protection des Mammifères (SFEPM), Sours,
WWF France.

Cet article fait partie du sujet : Actions associatives communes pour l'ours

Le texte le plus lu à propos de "Actions associatives communes pour l'ours" : Grâce aux plaintes à l'Europe, la France va devoir sauver l'ours en B


 Format imprimable Envoyer cette lecture à un(e) ami(e)



[ Retour ]

Mentions légales | Top10 | Plan du site | Copyright © par Fiep-ours.com. Tous droits réservés.
par Soludédia, création de site internet à Pau dans les Pyrénées Atlantiques