Le Fiep aujourd´hui ! (56 Lectures - Page 10 / 12 )



<< Page Précédente  1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 ...  Page Suivante >>


Le Fiep aujourd´hui ! > Mort de Cannelle : 3 ans déjà !

Va- t -on laisser l´ours brun s´éteindre  sous nos yeux ?

Le 1er novembre 2004, l´ourse Cannelle était abattue d´un coup de fusil. L´affaire traîne en longueur dans les méandres de la justice. Quand sera-t- elle jugée ?
Après Claude, Mellba, Papillon, Cannelle, Franska, combien d´autres ours (espèce protégée !) devront prendre du plomb dans leur corps pour que cela change enfin ?
L´extinction de l´ours est là, sous nos yeux ! Qu´a-t-on fait en Béarn depuis 3 ans ? (voir suite du texte)

 

La suite du texte (9864 lectures )

Le Fiep aujourd´hui ! > Le préfet Marc Cabane remet aujourd´hui les insignes de chevalier dans l´ordre n

Le préfet Marc Cabane remet aujourd´hui les insignes de chevalier dans l´ordre national du Mérite à Gérard Caussimont, président du FIEP.


Plaidoyer pour la nature

(Odile Faure Sud Ouest 28 06 07)
Il aura attendu quinze ans avant qu´un préfet n´accepte de lui remettre les insignes de chevalier de l´ordre national du Mérite, décernés en 1992 par le ministre de l´environnement, Ségolène Royal. « Au départ, j´avais dit que le moment n´était pas très opportun. Nous étions en plein conflit sur les réserves Lalonde (1). Après, on me répondait toujours que ce n´était pas le moment. » explique Gérard Caussimont, fier de cette décoration. « Je voulais qu´à travers cette distinction, ce soit le mouvement d´action de protection de la nature du département qui soit reconnue par l´État. » Gérard Caussimont veut partager cette décoration avec la Sepanso, le WWF France qui aide financièrement le FIEP, FNE, le Conservatoire régional des espaces naturels d´Aquitaine, la Ligue de protection des oiseaux, Organbidexka col libre et Saiak.

La suite du texte (2505 lectures )

Le Fiep aujourd´hui ! > LA MORT DE CANNELLE MERITE BIEN UN PROCES !

Le FIEP Groupe Ours Pyrénées, est soulagé par la décision de la cour d’appel qui annule l’ordonnance de non-lieu rendue par le juge concernant le tir de Cannelle le 1er novembre 2004. Le chasseur qui avait abattu l’ourse sera bien traduit en justice.
En effet, la présence volontaire des chasseurs sur les lieux où se trouvaient Cannelle et son ourson est une faute qui avait été déjà reconnue par l’arrêt de la Cour d’Appel de Pau du 17 août 2006, suite à la demande d’actes complémentaires de l’avocat du FIEP. Il était donc logique qu’il y ait procès sur le fond.
Certes, le juge chargé de l’instruction avait relevé qu’une espèce protégée avait été détruite mais que le chasseur ne pouvait être poursuivi en raison de « l’état de nécessité ».
Les parties civiles mettaient en doute l’état de nécessité invoqué par le chasseur qui a abattu Cannelle, car la jurisprudence indique que la légitime défense n’existe plus à partir du moment où l’on prend le risque volontairement de se placer dans cette situation.
C’est ce que reconnaît la cour d’appel : Ils n’auraient pas dû aller chasser là, connaissant la présence de Cannelle, notamment par Gérard Caussimont l’avant-veille ; ensuite ils auraient dû arrêter la chasse après la 1ère rencontre d’un des chasseurs avec l’ourse ; ils auraient dû être munis de dispositifs sonores réglementaires (corne, sifflet) pour pouvoir arrêter la battue ; Enfin, pourquoi, alors que M. Marquèze venait de joindre par téléphone ses co-équipiers pour les informer qu’il ne pouvait les rejoindre du fait de l’ourse, est-il sorti de sa cache et s’est de ce fait trouvé immédiatement en contact avec Cannelle ?
La cour d’appel retient trois fautes commises par le tireur : il a crée la situation qui a permis la réalisation du dommage, l’a pas pris les mesures nécessaires permettant d’éviter sa réalisation, il n’a pas attendu l’arrivée des autres chasseurs et a quitté le lieu où il était à l’abri de l’ours.
L’arrêt est très sévère pour le tireur et les 5 chasseurs, en soulignant les manquements graves qu’ils ont commis notamment vis-à-vis de la réglementation de chasse et en insistant sur la qualité de l’information qui leur avait été transmise par la rencontre avec Gérard Caussimont 48h avant et par le dispositif via le réseau ours brun et l’IPHB, la veille au soir, suite aux découvertes d’indices frais par des naturalistes du FIEP.
N’importe quelle infraction de chasse vis-à-vis d’espèces qui ne sont pas en danger donne lieu à une convocation devant un tribunal. La mort de la dernière femelle autochtone d’une espèce en voie de disparition, protégée par la loi et les accords internationaux mérite au moins un débat contradictoire devant les juges, un procès.
Les associations de protection de la nature craignaient que le non lieu ne remette en cause de fait le statut légal d’espèce protégée en France et compromette les efforts déployés pour sauver cette espèce, symbole de la nature et de la culture des Pyrénées.

La suite du texte (2005 lectures )

Le Fiep aujourd´hui ! > LE TOTALITARISME ATTEINT LE BEARN

Réaction de G.Caussimont à la violation de son domicile et aux menaces de mort proférées à son encontre le 9 juin 2006.


Les faits

A l´issue de la manifestation organisée par des anti-ours à Oloron devant la sous préfecture le 9 juin. Une trentaine d´entre eux s´est arrêtée au domicile de G.Caussimont responsable du FIEP Groupe ours Pyrénées et ont tenté d´introduire la carcasse d´une brebis morte dans la maison. Sa femme et l´un de ses enfants les en ont empêchés et ils ont laissé la brebis dans le jardin et ont proféré des menaces de mort à l´encontre de G.Caussimont annonçant qu´ils reviendraient chaque fois que l´ours tuerait une brebis. (la suite du texte "suite du texte...")

La suite du texte (1849 lectures )

Le Fiep aujourd´hui ! > Une première ourse lâchée : bravo

La Ministre  de l’Ecologie lâche aujourd’hui une ourse à Arbas. Nous la félicitons ainsi que  la commune d’Arbas et l’ADET, partenaires de ce premier renforcement.
Nous saluons ce premier maillon d’une série de lâchers qui ne doit pas s’arrêter, selon le FIEP, aux Pyrénées centrales.
L’Etat a la légitimité et l’obligation de réparer face à l’Institution Patrimoniale du Haut Béarn défaillante. Elle ne doit plus être co-gestionnaire de l’ours en Béarn puisque son refus du renforcement de 2 femelles fait que la charte qu’elle a signée en 2004 à nouveau avec l’Etat , la région Aquitaine, le Département des Pyrénées-Atlantiques n’est pas respectée. (voir la suite du texte...)

La suite du texte (1993 lectures )

<< Page Précédente  1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 ...  Page Suivante >>



Les sujets abordés dans la catégorie "Le Fiep aujourd´hui !" :




Rechercher parmi les lectures    

Mentions légales | Top10 | Plan du site | Copyright © par Fiep-ours.com. Tous droits réservés.
par Soludédia, création de site internet à Pau dans les Pyrénées Atlantiques